Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Politique, économie, territoires et réformes > Reportage : Tintin en Angleterre, sur les terres de B4RN
  • Calendrier
«avril 2017»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Aujourd'hui mardi 17 octobre 2017

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mardi 3 octobre 2017
  • Statistiques contenus :
    Articles : 393 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 16
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 247 -  Total : 450062
  • Article

Reportage : Tintin en Angleterre, sur les terres de B4RN

Le samedi 8 avril 2017, par Bernard Roux

Les lecteurs fidèles du blog Carnets Jurassiens le savent, le club de première expertise qu’est Jura 3i est en pointe dans la lutte contre la Fracture numérique dans le Jura bien sûr mais plus largement dans l’ensemble des zones rurales de notre pays. C’est dans ce cadre que Philippe GARON - ingénieur Télécom qui a largement contribué à l’élaboration du concept de “Fruitière du Très Haut-Débit”- a été invité à se rendre le 4 avril 2017, dans le Comté du Lancashire - au Nord-ouest de l’Angleterre, au bord de la Mer d’Irlande et à une heure de route au Nord de Liverpool et Manchester - pour rencontrer l’équipe de B4RN et des habitants du “B4RNland”. De retour parmi nous, il nous livre un reportage riche d’enseignements concernant cette initiative citoyenne de déploiement de la fibre optique portée par des sujets britanniques oubliés du Très Haut-Débit.

Si vous avez raté le début...

Jura 3i s’intéresse, depuis plus de 10 ans, à la fracture numérique qui condamne inéluctablement les zones rurales. C’est pour cela qu’a été imaginée une alternative citoyenne de déploiement de la fibre optique dans ces zones : la “Fruitière du Très Haut-Débit”

Le concept de “Fruitière du Très Haut-Débit”

Il s’agit d’une initiative privée de type coopératif (société coopérative d’intérêt collectif) destinée à déployer et exploiter un réseau de fibres optiques, 100% enterré. Le déploiement, réalisé suivant des normes garantissant un très haut niveau de disponibilité va bien au-delà des recommandations de l’ARCEP.

Un tel réseau vise à fournir des services aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités locales et d’accueillir des fournisseurs de services spécialisés (vidéo à la demande, stockage de données, téléphonie pour entreprises, vidéosurveillance, maintien à domicile, …) qui dépasse le simple accès à l’Internet (1Gbps symétrique) inclus dans l’abonnement de base. Afin de proposer l’ensemble des services disponibles dans une grande ville, ce réseau sera raccordé, dans un 1er temps à Lyonix (le nœud d’échange Internet de Lyon) et, dans un 2ème temps à un 2ème nœud d’échange situé au CERN près de Genève permettant ainsi une synergie avec la Suisse voisine.

Nous sommes partis d’un constat simple en faisant une analogie avec la téléphonie mobile : il ne suffit pas de souscrire un abonnement de téléphonie mobile, il faut également acquérir un Smartphone (en achat ou en location) pour pouvoir utiliser cet abonnement, les prix se situant entre 150€ pour un bas de gamme à plus de 900€ pour les modèles haut de gamme ! Nous avons donc imaginé de transposer ce modèle à l’abonnement Internet fixe. En plus de son abonnement (accès aux services), le client achète ou loue sa prise optique.

La Fruitière du Très Haut-Débit existe, nous l’avons rencontrée en Angleterre

La magie des réseaux sociaux nous a permis d’entrer en contact avec B4RN, qui “likait” nos contributions. Pour notre plus grande satisfaction, nous avons découvert que notre concept était une déclinaison d’une réalisation réussie outre-Manche. Nous avons alors pu vérifier, à notre avantage, les adages populaires : “Les idées n’ont pas de frontières” et “Les grands esprits se rencontrent”.

C’est pour cette raison que l’association Jura 3i a été invitée à participer au séminaire de présentation organisé le 4 avril 2017, conjointement par B4RN et la société EMTELLE (basée en Écosse) fournisseur de fibres optiques et de solutions innovantes pour son déploiement.

Il me revenait alors de représenter Jura 3i, en partance de Genève-Cointrin, direction l’aéroport international de Manchester où m’attendait un véhicule de location pour rejoindre le “B4RNland”.

L’entraide citoyenne, une ruse efficace pour défier la fatalité de la fracture numérique, qui porte ses fruits.

Ce voyage d’étude a été particulièrement instructif !

Il a permis de confirmer qu’il est possible de déployer sur un modèle coopératif et un financement 100% privé un réseau de meilleure qualité que le réseau déployé par l’opérateur historique, British Telecom(BT). Lors de récentes inondations dans le Lancashire, alors que le réseau de BT était en partie hors-service, celui de B4RN avait résisté, ne connaissant absolument aucun dysfonctionnement !

Face à l’absence de Haut-Débit dans de nombreux villages du Lancashire, un groupe de passionnés a décidé de prendre l’avenir numérique de leur région entre leurs mains et de relever le défi. C’est, aujourd’hui, un tel succès, reconnu dans tout le Royaume-Uni, que le Président de B4RN a été récemment anobli par sa Majesté la Reine Elizabeth II !

La réussite du projet de B4RN repose sur 3 piliers :
- les investisseurs
- les volontaires
- les propriétaires terriens

B4RN fonctionne selon le modèle d’une organisation à but non lucratif. Un petit extrait du site Internet de B4RN, que j’ai traduit, résume parfaitement leur philosophie :

Au cours des décennies passées, les zones rurales ont souffert de l’assèchement du marché du travail local, mais un accès Internet haut-débit fiable redonne aux entreprises et aux travailleurs à domicile de nos communautés locales un avantage. Cela peut offrir plus d’opportunités d’emploi qui permettent aux Jeunes de rester au pays ! Plus de jeunes familles signifient une meilleure chance de maintien des écoles locales, des bureaux de poste, des magasins au village ... globalement une communauté locale plus durable.

Bien que B4RN ait été fondée entièrement par des bénévoles au cours de ses premières années, afin de nous assurer de conserver le savoir-faire, le professionnalisme et la stabilité à long terme, nous salarions maintenant notre personnel technique et administratif. Ce sont des emplois locaux largement occupés par des habitants du territoire qui ont déjà prouvé leurs compétences et leur engagement. Au fur et à mesure que B4RN croît, nous avons l’intention de créer davantage d’emplois dans le “B4RNland”.

Les investisseurs : un financement 100% privé

Le financement est assuré à 100% par des investisseurs privés. Il n’y a aucune corrélation entre investisseur et abonné, c’est là où leur modèle diffère de ce que nous envisageons avec la “Fruitière du Très Haut-Débit”.

Un sociétaire peut acquérir entre 100£ et 100’000£ d’actions (117 à 117’000€). Il doit conserver ses actions au minimum 3 ans et, après la 3ème année, recevra 5% d’intérêt sur le montant investi qui pourra, soit être payé, soit réinvesti.

En cas de cession, les actions ne peuvent être revendues qu’à B4RN.

Les volontaires : le carburant du déploiement

Au départ, le déploiement du réseau a été réalisé exclusivement par des volontaires et des propriétaires terriens puis, au fur à mesure, certains de ces bénévoles ont été embauchés dès que les recettes l’ont permis (accroissement du nombre d’abonnés).

Les volontaires sont composés essentiellement de jeunes retraités et d’étudiants en informatique/réseau/télécommunications qui trouvent ainsi un 1er stage tout en poursuivant leurs études.

J’ai rencontré des personnes motivées, heureuses de donner un peu de leur temps libre pour le bien de leur communauté et l’avenir de leurs enfants et petits-enfants.

Il y a également beaucoup d’agriculteurs parfaitement à l’aise avec le maniement des engins de terrassement. J’ai également rencontré un jeune étudiant qui, après un stage non-rémunéré au cours duquel il a acquis une 1ère expérience a maintenant été embauché à temps partiel, ce qui lui permet de poursuivre son cursus universitaire en bénéficiant d’un salaire.

Les propriétaires : un accès au domaine privé libre de droit

Afin de limiter les charges (redevances d’usage du domaine public), le réseau de fibres optique est, chaque fois que cela est possible, déployé sur des terrains privés en suivant le tracé de la route mais de l’autre côté de la haie (et oui, il y a des haies pour éviter que les nombreux moutons n’aillent divaguer sur la route !).

Le propriétaire ne touche aucun droit de passage (c’est sa contribution au projet) par contre, l’agriculteur (ou groupement d’agriculteurs) qui prend en charge l’enfouissement de la fibre de long des champs sera rémunéré 1.50£ par mètre posé sous forme d’actions B4RN.

Une qualité de déploiement très professionnelle

J’ai été particulièrement impressionné par la qualité et le niveau d’exigence retenu dans le déploiement de ce réseau.

C’est un réseau 100% enfoui où tous les points de mutualisation (répartiteurs au niveau de la commune) sont raccordés au cœur de réseau par 2 chemins différents, le cœur de réseau est lui-même raccordé à 2 nœuds d’échanges Internet.

Nous sommes très loin des raccordements « vite fait/bâclé » auquel nous sommes habitués dans nos campagnes (pour ceux qui ont la chance d’avoir la fibre !) où les câbles optiques sont posés sur des poteaux en bois, le long des routes, et donc soumis aux aléas climatiques et aux accidents routiers.

Le point de mutualisation que j’ai pu visiter est hébergé dans un local communal, mis à la disposition de B4RN.

Un partenaire technique de classe mondiale et une technologie d’avant-garde.

EMTELLE est le partenaire technique de B4RN. C’est le leader mondial de la technologie dite « fibre soufflée ».

La solution de déploiement retenue consiste en un câble composé de plusieurs micro-conduites. C’est une approche différente de celle que l’on observe actuellement en France. En effet, on pose un câble optique composé d’un nombre pré-déterminé de fibres. On prend alors le risque : 1- soit de dimensionner trop petit et de devoir repasser, plus tard, un deuxième câble avec tous les frais de génie civil que cela implique, 2- soit de sur-dimensionne le câble et l’on augmente inutilement les coûts initiaux.

A contrario, la solution utilisée par B4RN consiste à introduire, par soufflage, dans chacune de ces micro-conduites un mini-câble composé de 2 à 288 fibres.

L’avantage, c’est que , dans un 1er temps, on ne va utiliser que le nombre de micro-conduites nécessaires et utiliser celles restées vides au fur à mesure de l’accroissement des besoins. Il est ainsi possible de faire grandir la capacité du réseau sans avoir à refaire une nouvelle tranchée. Ces mini-câbles peuvent être soufflés sur des distances allant jusqu’à 2 kms en une seule opération.

A n’en pas douter, B4RN et EMTELLE prêtent un grand intérêt au projet de “Fruitière du Très Haut-Débit”. Mes interlocuteurs m’ont vivement recommandé, pour sensibiliser nos compatriotes au concept de “Fruitière du Très Haut-Débit”, de revenir accompagné de personnalités locales des mondes agricole, économique ou institutionnel. En bons anglo-saxons, ils considèrent que les faits parlent d’eux-mêmes. A mon départ, mes amis anglais ont insisté sur le fait de compter me revoir très vite...

Écrire une histoire dont vous êtes le héros !

Aujourd’hui, Manchester n’est qu’à 90 minutes de Genève-Cointrin ! Pour autant, ce sont des B4RNlanders qui participent déjà pleinement au nouveau monde duquel semblent s’éloigner inéluctablement nos campagnes.

Sommes-nous, nous autres Français des campagnes, définitivement condamnés à subir des logiques néfastes ? Mon séjour à “B4RNland” m’a convaincu qu’il n’y a de fatalité que pour ceux dont l’existence dépend des autres.

A vous amis Comtois, qui jamais ne se rendent et proclament haut et fort Nenni Ma foi, des amis d’Outre-Manche nous ont ouvert la voie et nous attendent.

Saurons-nous honorer leur invitation, avant qu’il ne soit trop tard ?

A vous de jouer...

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS