Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > éditorial > La garde nationale, au-delà de l’immédiat
  • Calendrier
«aot 2016»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Aujourd'hui dimanche 17 dcembre 2017

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le samedi 9 décembre 2017
  • Statistiques contenus :
    Articles : 399 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 749 -  Total : 523927
  • Article

La garde nationale, au-delà de l’immédiat

Le mardi 2 août 2016, par Bernard Roux

Les circonstances dramatiques frappant la France rendent odieuses les polémiques qui constituent autant de soufrières, pour ne pas dire des poudrières inquiétantes. Sécurité et cohésion sont plus que jamais vitales. Réinventer la garde nationale peut avoir une grande portée dans le temps.

Elle sera d’autant plus forte qu’elle sera en phase avec les attentes de la population. D’aucuns chipoteront sur les exemples historiques de la période 1789-1871 en France ou aux Etats-Unis. On mettra en avant telle ou telle considération sociologique. 2016 n’a plus rien à voir avec tout cela.

Il est donc possible d’agir en privilégiant le sens de cette réinvention due aux circonstances actuelles mais qui doivent les dépasser.

Tout d’abord l’expression « garde nationale » possède une charge symbolique que n’aura jamais « réserve opérationnelle », terme technique consacrant un mode d’emploi. Surveillance, préservation, protection, conservation, voilà autant d’explicitations du mot « garde » parlant d’elles-mêmes à tout le monde.

Pour ne pas décevoir les attentes ou se laisser enliser dans les querelles subalternes il faut à cette nouvelle garde un cadre précis d’organisation et un cadre ambitieux de promotion sociale.

Un cadre précis d’organisation

Il faut que cette organisation dépasse la situation actuelle tout en y répondant, et par là-même elle ne peut pas ne pas en être marquée. Ne pas oublier que l’opinion publique ne sait plus tellement à, quel saint se vouer tant elle ne croit plus en rien.

C’est pourquoi une nouvelle garde nationale doit être placée dans le cadre de l’armée pour son commandement tout en bénéficiant d’un statut particulier. Les missions doivent être claires en s’inspirant de celles confiées jusqu’à présent à l’opération « Sentinelle ». Les interactions avec les missions et services de police doivent être définies avec précision (il n’est pas certain que la réforme de la gendarmerie soit une bonne idée).

En tout état de cause, les services de police doivent se concentrer sur le renseignement, avec un renforcement des moyens, et les opérations de police judiciaire. Néanmoins, la police pourra bénéficier du concours de la Garde dans le cadre de procédures déterminées. Ainsi, en province, le préfet du département concerné peut assurer la coordination opérationnelle avec le concours du délégué militaire départemental.

Et les moyens humains ?

Reste le problème des moyens humains. Dans l’immédiat tout semble se faire à partir de la notion de réserviste mais cela n’a qu’un temps dans la mesure où les réservistes ne sont pas disponibles dans la durée. Il ne faut pas craindre de fixer un effectif global de 10 000 à 30 000 hommes et femmes. Ceux-ci seraient des volontaires âgés de 18 à 25 ans .

La priorité est donnée aux demandeurs d’emploi soumis à des tests de sélection. Le contrat pourrait être renouvelé deux fois. Ces emplois seraient financés à la fois par des crédits nouveaux et par des crédits redéployés dans la mesure où la réinvention de la Garde s’inscrirait dans un cadre de promotion sociale.

Un cadre de promotion sociale

Les Carnets Jurassiens (8 juillet 2016) ont déjà insisté dur la réussite de l’armée dans le cadre de la politique de promotion sociale mise en œuvre de 1959 à 1970. Il est apparu que l’armée était u lieu de formation professionnelle et des apprentissages civique et sociaux. Les bénéficiaires de cette promotion étaient recherchés par les entreprises, certes çà une époque de plein emploi. Mais à l’heure actuelle les entreprises privées de sécurité, de logistique, recherchent du personnel expérimenté.

Bien, évidemment cela demande du temps pour répondre aux besoins d’avenir. La Garde nationale ainsi réinventée va bien au-delà des emplois aidés et des services civiques. Cela mérite réflexion.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS