Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Politique, économie, territoires et réformes > Une Bourgogne-Franche-Comté Numérique ? Chiche !!!
  • Calendrier
«janvier 2016»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Aujourd'hui mardi 17 octobre 2017

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mardi 3 octobre 2017
  • Statistiques contenus :
    Articles : 393 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 16
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 247 -  Total : 450062
  • Article

Une Bourgogne-Franche-Comté Numérique ? Chiche !!!

Le samedi 9 janvier 2016, par Blanche de Mirebel

À l’heure où nous rédigeons ces lignes :

1- « Bourgogne-Franche-Comté » vient de naître sous nos yeux ;

2- Plus d’une centaine d’entreprises porte-étendards de la réussite numérique de la France dans le monde accompagnent Emmanuel Macron à Las Vegas. C’est dans cette ville du désert de Mojave que, depuis plus de 4 décennies, au mois de janvier, se tient le plus important évènement au monde consacré à l’électronique grand public. Pendant 3 jours, c’est dans cette « Mecque du high-tech » que sont esquissées les grandes lignes de notre quotidien à venir. Cette année, l’Internet des objets, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la cyber-sécurité sont au coeur de la stratégie des entreprises du secteur.

3- Le projet de loi « pour une république numérique » sera présentée le 19 janvier prochain à l’Assemblée nationale, sanctuarise notamment le principe « du maintien de la connexion internet pour tous ».

À la lumière de l’actualité de ce mois de janvier 2016, deux contributions de l’équipe de Jura 3i sont mises en abyme : « TICA39 » et « Quand le Jura s’éveillera », respectivement publiés à l’automne 2004 et au printemps 2005.

Le premier préconisait que dès Noël 2005, les 60.000 habitants des 80 communes situées dans le « Pays de Bresse-Bourguignonne » et le « Pays Lédonien », de part et d’autre l’axe autoroutier A39, entre Saint-Amour et Courlaoux puissent accéder au haut-débit et à un « bouquet de services de proximité » basé sur des outils numériques, qui pour partie appartiennent à ce que l’on appelle aujourd’hui « l’Internet des objets ».

Des impératifs trans-régionaux

Cette expérience technologique était le prétexte d’un rapprochement et d’une coopération entre des communes comtoises et bourguignonnes contiguës qui trop souvent s’ignorent encore. Ces impératifs numériques et trans-régionaux étaient également très présents dans l’essai publié en 2005. Déjà, ses auteurs se faisaient les apôtres du déploiement de la fibre optique, pour tous et partout. Déjà, ils soulignaient les potentiels économiques et sociaux des métiers du numérique pour les espaces ruraux et la structuration des territoires dans le cadre de la « globalisation ».

« Malheureusement, nul n’est prophète en son pays ! et ces documents n’ont sans doute pas été lus assez attentivement ou alors été mal compris par les décideurs, dans leurs objectifs ou leurs intentions. » regrettent les 3 plumes.

« C’était il y a 10 ans ! Que de temps perdu ! Que d’occasions manquées ! Pourtant ces textes n’étaient ni prophétiques, ni visionnaires ! Ils étaient le fruit d’un travail guidé par l’idée simple que la compréhension du présent éclaire l’avenir. En 2016, que comprenons-nous de ce qui se déroule sous nos yeux ? Qui comprend quoi ? » tempêtent les trois amis.

La civilisation numérique implique la culture partagée

Bernard Roux, Philippe Garon et Arnaud Deborne affirment que la « civilisation numérique » n’est plus une hypothèse et encore moins une fiction. Les 3 auteurs considèrent que cette civilisation naissante implique une pratique de la « culture partagée », que certains appellent « intelligence collective ». Ils considèrent que tout n’est pas encore perdu mais que le temps joue contre les territoires ruraux et ses habitants. Ils en appellent à une mobilisation générale de ceux qui ne veulent pas mourir, faute de services publics, faute d’emplois !

« Dans un contexte de réduction des dépenses publiques, les marges de manœuvre des collectivités publiques sont de plus en plus restreintes et leurs modes d’action vont être transformés. Elles vont se concentrer sur leurs prérogatives principales. Cela doit les conduire à être de véritables catalyseurs et d’efficaces facilitateurs, à l’image de ce que sont les plates-formes de services numériques qui chamboulent tant nos modèles économiques.

Cela implique qu’à leur niveau, dans leur organisation, elles opèrent un décloisonnement inter-services et, qu’entre elles, elles se coordonnent. » insistent-ils.

Invitation aux élus : Utilisez les outils numériques !..

Pour y parvenir, ils suggèrent aux élus de notre nouvelle région d’utiliser de manière optimale les outils numériques. « Ce ne sont que des outils, pas des baguettes magiques ! » ironisent-ils. Nos 3 « prospectivistes » partent du principe que la fusion des 2 anciennes collectivités régionales se fera d’autant plus facilement que l’usage des TIC a initialement été pensé pour être au service de la productivité, donc de la rationalisation des organisations. « Il n’est pas question de perdre davantage de temps. Il faut avoir une approche méthodique et économique de ces questions. Notre proposition répond à ces trois exigences. » soulignent-ils.

Selon eux, cela commence par la création d’un réseau Intranet, via une fibre optique, qui relie la salle informatique du Square Castan (Besançon) à celle du Boulevard de la Trémouille (Dijon).

À leurs yeux, il serait judicieux que, rapidement, par la suite ces deux salles informatiques soient reliées directement par fibre optique à celles des conseils départementaux voire celles des mairies des grandes villes de notre nouvelle région.

Des centres de données régionaux pour fédérer les ressources

les entendre, il faudrait transformer ces lieux en « centres de données » régionaux où seraient répliquées simultanément, en chacun de ces lieux, les données de toutes ces salles informatiques. « C’est ça l’Internet du futur ! C’est ça la civilisation numérique ! » scandent-ils. Selon eux, Bourgogne-Franche-Comté numérique, pour devenir une réalité doit non seulement interconnecter les réseaux mais aussi et surtout les machines, pour fédérer les ressources. C’est le préalable nécessaire à la bonne coopération des acteurs publics, des entreprises et des citoyens. « Culture partagée on vous disait ! » s’exclame Bernard Roux.

Alors, TICA39, saison 2 !?

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS