Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Société > Santé > Roux n'a pas rencontré House et c'était très bien comme cela...
  • Calendrier
«mars 2015»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Aujourd'hui mardi 17 juillet 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mercredi 2 mai 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 411 -  Brèves : 8
    Sites : 3 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 0 -  Total : 636311
  • Article

En direct aux Urgences de Lons

Roux n’a pas rencontré House et c’était très bien comme cela...

Le jeudi 26 mars 2015, par Bernard Roux

Les CJ dans leur combat pour l’organisation de la santé dans le Jura et à Lons-le-Saunier ont poussé le zèle certes involontairement en l’occurrence.

C’était un samedi, le 15 répond, le patient décline patiemment son identité, se géolocalise . Objet de l’appel : « Je suis tombé de tout mon long dans ma chambre et mon cœur bat la chamade. Réponse immédiate du docteur du 15 : « On vous envoie tout de suite une ambulance qui vous transportera aux Urgences pour un bilan. »

Quinze minutes plus tard, les deux ambulanciers arrivent, vous mettent en état de les suivre tout en faisant un certain nombre de mesures et de prises d’informations soigneusement transcrites et transmises à l’arrivée. Tout cela dans un climat apaisant dissipant tout climat de panique éventuelle.

Aux Urgences, il y a du monde qi arrive – la grippe fait son effet sur les personnes âgées -vous êtes néanmoins attendu car vous arrivez par le 15 et que l’infirmier à l’accueil prend des compléments d’informations est à même de vous confirmer simplement que vous entrez dans un protocole d’évaluation : : scanner, radiographie, analyses de sang, etc.

Tout ceci demande environ trois heures mais chaque fois le patient est renseigné à partir du moment où le médecin urgentiste se présente. En fait, le patient rencontre un homme averti qui a déjà son idée.

Des urgences, le patient passe au service Cardiologie proche de la Neurologie. Le personne se révèle très professionnel et soucieux des tourments leurs hôtes, notamment la nuit. Bien sûr, le malade dans un repli égoïste a tendance inconsciemment à devenir le centre d’un monde qui lui appartient il est là pour que l’on s’occupe de lui, ce qui peut expliquer certains incidents propres aux urgences.

Mais le patient attentif pressent que des soignants cachent professionnellement leurs problèmes personnels mais que cet effort représente un investissement personnel. C’est là, où l’on voit que dans un hôpital la gestion des ressources Hommes et Femmes est la clef de la réussite humaine.

C’est l’ une des trois leçons de « moment particulier » vécu durant un week-end .

Il existe trois façons d’arriver aux urgences

1-la plus sécurisante réside dans l’appel du 15 et dans u dialogue cklair et précis.

2-la seconde voie est celle d’un médecin coordonateur ou no du parcours du soin.

3-la troisième façon empruntée est celle où le patient lui-même accompagné ou on se présente spontanément n’ayant pu joindre un professionnel. Cela aboutit à un engorgement qui peut être accru par des accidents routiers, des feux, etc.

C’est pourquoi les Carnets Jurassiens s’appuient sur la réussite de leur « test » pour qu’une structure appropriée, innovante (fans l’esprit d’une permanence médicale) soit adossé à la structure hospitalière tout en irrighant ce que l’on nomme le désert médical.

Bien sûr, il ne faut pousser toute chose, tout fait à l’excès, surtout en la matière. Mais l’hôpital doit jouer son rôle de tête de réseau, nécessaire « locomotive d’un développement territoriall équilibré » (livre Lons et son avenir, B roux).

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS