Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
  • Calendrier
«aot 2014»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Aujourd'hui samedi 20 octobre 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mercredi 2 mai 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 411 -  Brèves : 8
    Sites : 3 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 836 -  Total : 677357
  • Article

Match intitutionnel en cours

Italie-France : 3 à 0…

Le mercredi 13 août 2014, par Bernard Roux

« En Italie, Matteo Renzi mène à bien sa réforme constitutionnelle » titre le journal Le Monde en date du 12 août 2014. Ainsi, il ne restera plus que 100 sénateurs italiens dont les compétences seront limitées. Certes, le scénario est loin d’être épuisé, les surprises sont toujours possibles mais plus rien ne sera comme avant – et c’est cela qui fascine les Carnets Jurassiens…

Le match Italie-France, pour être involontaire, est loin d’être illusoire au niveau des enseignements à en retirer. Les Italiens disposent à l’heure actuelle d’une constitution souvent comparée à celle de la Quatrième République française paralysant l’exécutif sans pour autant donner les clés de la clarté et de l’avenir à un parlement caractérisé par un bicamérisme parfait. Que voit-on actuellement ? Un gouvernement italien parti peu après la présidence Hollande dans la volonté de réformer, va plus cite et plus loin ! Plus que jamais les structures et les pays ne valent que… valent les homes et les femmes au pouvoir.

L’inéluctable force du changement, à l’italienne

Le parcours italien actuel démontre la puissance du mouvement à tel point que Renzi, au soir du 8 août 2014, tweete : « Personne ne pourra arrêter le changement. » Enthousiasme méditerranéen peut-être mais part de vérité cependant dans la mesure où elle est fille de l’intelligence du temps. L’Italie, à la différence de la France, n’entend plus laisser du temps au temps.

C’est cela qui permet au jeune et bouillonnant premier ministre italien de proclamer que, en changeant l’Italie, il change l’Europe. Le propos est audacieux dans la mesure où, en France, beaucoup pensent que les changements s’imposent à cause de… l’Europe. La chance actuelle de Matteo Renzi est que son pays préside pour six mois l’Europe. Il peut donc jouer sur les dynamismes croisés et des leviers sollicités dans une nouvelle économie du temps.

La possibilité d’un Pôle...

Et tout serait mieux éclairé par un phasage entre Italie et France pour aller de l’avant et réformer. Les fondements culturels sont puissants et historiquement inégaux. S’ouvre la possibilité d’un Pôle méditerranéen à la fois créatif et innovant, rééquilibrant les politiques européennes. Il s’agit dès lors de transcender les lignes nationales et partisanes. Cela est possible à partir d’une « campagne d’Italie » au parfum de Marengo…

C’est pourquoi le score 3-0 doit être impérativement réduit, il n’est pas encore trop tard. Le premier but français devrait être celui de la réforme du paysage local pensé moins comme une source d’économies que comme vecteur de développement économique et social.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS