Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Culture > Expos, musées, concerts, agenda... > Comment, avec Gustave Courbet, voir la chasse en… peintures !..
  • Calendrier
«janvier 2013»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Aujourd'hui mercredi 17 janvier 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le jeudi 4 janvier 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 401 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 369 -  Total : 539903
  • Article

Exposition à Ornans jusqu’au 25 février 2013

Comment, avec Gustave Courbet, voir la chasse en… peintures !..

Le dimanche 6 janvier 2013, par Jean-Philippe Roux

Gustave Courbet « a jeté sur les cerfs, les biches ou les renards, qu’il campe dans le secret de la nature, un regard acéré qui va au-delà du réalisme, pour toucher souvent au tragique. Splendeur et cruauté de la condition de l’animal sauvage ! » note Philipe Dulac, président de la Fondation de la Maison de la Chasse et de la Nature, en introduction au superbe catalogue (éditions du Sekoya) d’une exposition qui constitue une première.

Une première pour plusieurs raisons. En effet, Gustave Courbet, un Franc-Comtois des plus célèbres (et pas uniquement pour son « origine du monde » bien planquée au Louvre), a consacré cent trente tableaux à la chasse et à la faune sauvage. Bien sûr, lesdites œuvres ne sont pas toutes exposées au musée d’Ornans (Doubs) mais jamais une telle initiative n’avait été prise : rassembler des peintures, des armes anciennes superbes, des gravures, différents objets, en un même lieu pour illustrer le monde cynégétique, multiséculaire. Les premiers hommes ne furent-ils pas d’étonnants chasseurs-cueilleurs ?

De surcroît, le musée, dans le cadre de l’ethnopôle « Pays de Courbet, pays d’artiste » a sollicité la participation de la fédération départementale des chasseurs du Doubs, invitant des chasseurs contemporains à commenter les toiles. Ces commentaires, parfois fulgurants, toujours intéressants, accompagnent le visiteur et l’interpellent, qu’il soit chasseur ou non, anti-chasseur ou non. Finalement, il s’agit d’art et l’art cultive le don de l’universalité.

Courbet aime la chasse et sa...violence

Un exemple de commentaire sur le tableau « Braconniers dans la neige » qui quêtent le renard : « Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, de tête hein, quelqu’un qui vendait trois peaux de martre, il s’achetait une génisse. Quelques peaux de renard, ça valait extrêmement cher. Les gens l’hiver, c’est peut-être pour cela qu’ils chassent dans la neige, l’activité parallèle à l’activité agricole c’était soit l’horlogerie côté Morteau, soit le renard et la martre et la fouine dans les campagnes. » - « Les vieux, il y a cinquante ans, nous disaient qu’avec quelques renards, la fourrure, ça rapportait un mois de salaire. » Dans ce tableau, un homme bat son chien : « Fouetter ce n’est pas normal, un chien c’est l’ami fidèle du chasseur. »

Dans L’hallali du cerf, des chasseurs-commentateurs s’expriment ainsi : « Courbet aime la chasse, on le ressent, il aime aussi voir une certaine violence dans l’acte de chasse parce qu’il y a violence, qu’on le veuille ou non. » - « On sent la souffrance du cerf ».

Courbet illustre aussi merveilleusement la nature, les animaux au sein de celle-ci d’où tout vivant vient et où tout vivant retourne. Outre le naturalisme, il existe une sorte de dimension biblique dans ces oeuvres – et la bible on le sait est un livre plein d’amour certes mais aussi de bruit et de fureur…

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS