Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Culture > Livres, revues, cahiers... > Des animaux et deux hommes...
  • Calendrier
«dcembre 2012»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Aujourd'hui mercredi 17 janvier 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le jeudi 4 janvier 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 401 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 356 -  Total : 539890
  • Article

"Massif jurassien, rencontres animales", un vrai beau livre

Des animaux et deux hommes...

Le lundi 3 décembre 2012, par Bernard Cabiron

Tel est le sens qu’il faut donner à ces « rencontres » animales, ces rendez-vous difficiles à fixer en milieu sauvage, dont Patrice Raydelet et Fabien Bruggmann viennent de nourrir, pour les éditions du Belvédère, le premier opus d’une collection d’albums dévolue à la découverte de la faune à travers diverses régions d’Europe. Précisons que les clichés ont été réalisés dans le Massif jurassien franco-suisse : soit le Jura, le Doubs, l’Ain, les cantons de Vaud, de Neuchâtel et du Jura.

Il n’est ici question ni de guerre ni de sport, mais bien de face à face tout de même, pas toujours fortuits, plutôt désirés, saupoudrés d’une bonne dose de patience et de tact... Disons de ces hasards maîtrisés qui vous mettent sur le chemin de l’autre, dans la bulle de ses pas, de son chant, de son odeur, quelquefois de son regard. Nous sommes dans l’aléatoire, le furtif, parfois l’inaccessible, et le partage de l’intimité n’en a que plus de prix. Bref, il s’agit de vrais bonheurs.

Lynx boréal "saisi" par l’objectif

Moments délicieux, moments rarissimes que ces approches par les pistes, empreintes, fumées, déjections, cris, poils, plumes... autant d’indices permettant au photographe de gérer l’espace avec débrouille, de se poster, de se tenir à l’affût, moyennant des pièges à prises de vue habilement travestis. Chasseurs d’images sans permis, Fabrice et Fabien forment un mélange d’experts flics et d’ingénieux braconniers. On les devine musclés, increvables, rebelles à la froidure et à l’insomnie, l’oeil à l’école du lynx, une persévérance à hauteur de passion, riches d’une âme solitaire. « Tout peut naître ici bas d’une attente infinie » : ce vers de La jeune Parque leur sied comme un gant.

Et c’est vrai que l’épreuve finit par payer. 180 pages d’animaux prêts à jouer la confiance envers l’homme, gracieux d’allure, peu farouches, un rien nonchalants, voire curieux, et qui semblent murmurer : approche-moi si tu peux, apprivoise-moi si tu sais... mais ne me touche pas ! C’est le bon endroit, c’est le bon moment.

Bondissante martre des pins

La rencontre est pleine de délicatesse, de respect pour les humbles habitants de cette nature qui ne cesse de vibrer dans le temps long de ses ciels, de ses bois, de ses combes, de ses clairières, de ses prairies, de ses eaux si variées. On s’observe, on se sent, on se tait. Vie intérieure des bêtes hors de notre vacarme arrogant, des bêtes hors de notre bêtise, ou peut s’en faut.

Nature sont les animaux, nature seront donc les photos que nos deux auteurs publient au fil de ces pages, pour que la complicité faune-flore-territoire reste entière. Pas de gros plans naturalistes, pas de tirages extraits des maquilleuses informatisées. L’ensemble ne dévie jamais de l’ambiance propre aux futaies sombres, aux sentes clair-obscures, aux ambiances de contre-jour, aux lumières grillagées du crépuscule, telles qu’on les trouve dans le massif jurassien. Idem pour l’opacité toute mélodieuses des airs et des eaux.

Coq de bruyère, fruit au bec

Résultat des courses, les images sont garanties sans truquages, mais n’en composent pas moins un fier éloge du Massif jurassien, patchwork de territoires beaux par excellence, à découvrir inlassablement, à protéger sans modération.

Rencontres animales n’est pas un livre à thèse, pas davantage un inventaire ou un guide de la faune jurassienne. C’est un livre d’éveil, pour apprendre à connaître, à aimer et, pourquoi pas, à se rendre compte de la richesse naturelle, donc de la fragilité naturelle, qui nous entoure. Les anecdotes de terrain qui figurent en pages de gauche invitent à partager les émotions ressenties par les deux amis au cœur de leur travail photographique. Quant aux textes introduisant l’ouvrage ou sériant six territoires à thème, on n’y trouve ni doctrine ni polémique. Seulement quelques rappels sur la région concernée, quelques discrets appels du pied à la vigilance... mais surtout une affection viscérale pour un pays qui mérite bien d’être aimé, une vive tendresse, beaucoup de poésie.

Certes, les animaux qui vivent en pleine nature n’ont pas toujours la vie belle. Pourtant les règles, les nécessités qui conditionnent leur destin ne les empêchent pas d’être libres. De plus, les animaux sauvages ne font pas de mal et n’abîment rien. Il semblerait judicieux, puisqu’ils ont déjà bien assez de devoirs comme ça, que nous ne leur infligions pas celui de s’enfuir à notre approche. Après tout, eux aussi font partie de l’humanité ?

crédit photos : Raydelet/Bruggmann

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS