Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > éditorial > L’avenir du Haut-Jura est suisse
  • Calendrier
«avril 2012»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Aujourd'hui mardi 17 octobre 2017

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mardi 3 octobre 2017
  • Statistiques contenus :
    Articles : 393 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 16
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 345 -  Total : 450160
  • Article

La leçon de Lamoura

L’avenir du Haut-Jura est suisse

Le dimanche 22 avril 2012, par Bernard Roux

Le village-vacances de Lamoura est vendu à une société immobilière suisse GECO. Quand on interroge des élus sur le devenir de cette unité touristique de 400 chambres adossée à des équipements complets et ludiques – qui jusqu’à présent structure le fonctionnement du massif du Jura – la réponse est évasive. Ils n’en savent pas grand-chose…

L’affaire est curieuse. Les Carnets Jurassiens y reviendront le moment venu. Pour l’heure, l’une des premières leçons réside dans le fait que l’avenir du Haut-Jura passe que jamais par la Suisse, hors le phénomène ancien des frontaliers.

Tout cela correspond à ce que les auteurs de « Quand le Jura s’éveillera » (éd Aréopage 2005) avançaient. En effet, GECO consacrera les bâtiments acquis, essentiellement, pour ne pas dire exclusivement à la fonction résidentielle – sauf si ladite société repasse l’affaire à un tiers pour en retirer une plus-value, compte tenu de la modicité du prix de vente…

Repenser l’habitat

Les auteurs de l’ouvrage en question plaidaient pour « un habitat repensé 100% Jura au service de l’emploi » tout en préconisant le Haut-Jura pour lancer un tel programme (page 50). Ils s’appuient sur la multitude d’entreprises implantées à Genève, Nyon, Lausanne, dont de nombreux collaborateurs et employés ont intérêt économique et style de vie à s’implanter en ces hauts lieux (page 55). La fonction résidentielle devient d’autant plus évidente que les pressions immobilière et foncière suisses invitent au saute-frontières.

En outre la société numérique et l’activité économique qu’elle induit ne peut que favoriser le télétravail. En fait l’évolution sera telle que le Haut-Jura deviendra une terre d’accueil pour les micro-entreprises, notamment dans les domaines des services et des nanotechnologies.

De nouveaux horizons à la frontière

Dans ce contexte, on comprend mieux (et ce n’est pas un effet du hasard) qu’un entrepreneur spécialisé dans l’événementiel vient de lancer le premier salon de l’immobilier au cœur des Rousses, « avec l’idée d’attirer les Suisses » comme il le déclarait au journal le Progrès. Cette initiative ne donne que plus de relief à la stratégie de GECO.

Pour mémoire, rappelons que le massif est largement bénéficiaire des crédits européens (InterReg, Feder, FSE). Beaucoup ont soutenu les agitateurs culturels que furent et/ou sont Didier Perret, Mario Cinefice, Valérie Pugin, Yann et bien d’autres.

Voilà qui ne peut que booster les décideurs locaux. « C’est à travers ce nouveau Jura apprenant que se déclenchera un bon en avant » comme il est noté (prédit !?) dans « Quand le Jura s’éveillera ».

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS