Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Société > économie sociale > Dominique Alunni, un pionnier jamais résigné !
  • Calendrier
«fvrier 2012»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829

Aujourd'hui mercredi 22 novembre 2017

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le lundi 20 novembre 2017
  • Statistiques contenus :
    Articles : 397 -  Brèves : 7
    Sites : 2 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 881 -  Total : 509824
  • Article

Formation de l’homme, homme de la formation

Dominique Alunni, un pionnier jamais résigné !

Le dimanche 5 février 2012, par Bernard Roux

La lecture de « Témoignages de pionniers visionnaires de la formation tout au long de la vie », outre qu’elle soit instructive, révèle la personne de Dominique Alunni. Inconnu du grand public, homme de l’ombre mettant en lumières et en perspectives, il est l’animateur (au sens très fort du mot) des politiques de formation professionnelle en France. Ancien mécanicien-outilleur, Dominique Alunni est un humaniste et un pionnier.

Oui, il mérite ce qualificatif de pionnier, il suffit d’apprécier sa manière de s’entretenir avec 27 de ses pairs ou de conclure, suivant les traces de Paul Ricoeur, sur « la nécessité d’approuver la complexité du présent ».

Un idéal de société fondé sur l’homme

Durant neuf ans, D. Alunni a été mécanicien-outilleur P3. De ses « doigts d’inventeur », il a mis au point, calibré, réglé machines et outillages. Il s’agit d’un art, un art considéré comme Aristote comme nécessaire pour vaincre la nature dans l’intérêt de l’homme – on trouve là, préexistant chez le jeune Alunni, le soubassement de la formation professionnelle qualifiante ! Dans les années cinquante et soixante, l’ouvrier P3 incarne l’excellence de la culture ouvrière.

Celui-ci réalise alors son idéal d’une société fondée sur la croissance partagée et la rencontre de l’autre. Cet idéal, dans une France meurtrie mais en reconstruction, mobilise et entraîne des jeunes, inscrits dans le monde du travail mais aussi concernés par les évolutions sociétales (formation, habitat, urbanisme, loisirs…).

C’était là parmi les atouts de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) dont Dominique fut leader avant de devenir secrétaire général du centre de culture – source par la suite d’une floraison d’outils, de programmes et d’établissements.

L’art du bâtiseur

Autodidacte remarquable, D. Alunni a tenu à vérifier ses intuitions d’homme de terrain à travers les enseignements de l’Institut des sciences sociales du travail (Paris-Sorbonne). Il y découvre que son souci de pluridisciplinarité, de l’ouverture au monde à travers l’expression personnelle sous toutes ses formes, est pertinent, fondé… D’où le « Thésaurus » du conseil scientifique de l’INFAC présidé par André de Peretti ! D’où le nouveau « Bauhaus » que fut de 1970 à 1999 le CREAR ancré à Gouvieux-Chantilly.

En fait, le « mécanicien-humaniste » n’a jamais dérogé à la règle de 3 : Voir, Comprendre, Agir. Cette clé pédagogique de l’éducation populaire est motrice dans la définition et la relance d’une politique de formation professionnelle.

Cela lui a permis, avant beaucoup d’autres, de concevoir les métiers de l’ingénierie sociale envahissant peu à peu les espaces du développement durable et de l’aménagement du territoire.

Dès lors, on comprend que notre homme ait eu l’oreille attentive et constante au plus haut niveau de la Caisse des dépôts et consignations. On comprend aussi qu’il fut le « visiteur du soir » au cœur de nombreux cabinets ministériels, planchant sur des lois et des dispositifs tels les TUC, Travaux d’Utilité Collective).

À ce titre, notre pionnier a quelque peu agacé des représentants de la haute administration, goûtant moyennement (euphémisme !) les accents prophétiques d’un ancien mécano fier à juste titre de ses réalisations.

L’obstination éclairante du prophète

Jusqu’au bout, au-delà d’une retraite ignorée (les hommes comme ça ne battent jamais en retraite !), Dominique Alunni continue à militer pour une formation professionnelle qualifiante, accompagnant ou mieux encore précédant les évolutions sociétales et économiques – un objectif partagé par tous ses amis.

Pour cela, il s’investit dans les outils de la mémoire et de la prospective. Au titre de la mémoire, il a remis aux archives départementales du Val-de-Marne une masse de documents. On en trouve une idée dans le livre « Culture ouvrière, éducation permanente et formation professionnelle ou l’histoire méconnue du centre de culture ouvrière » (éditions L’Harmattan, juin 2009). Cet ouvrage à deux mains (J. Lobry, D. Alunni), préfacé par André de Peretti, est indispensable à tout chercheur, tout étudiant en sciences sociales et du travail et se révèle naturellement complété par les témoignages des pionniers.

Une force de conviction intacte

Ce travail de mémoire, Dominique Alunni le mène au sein de l’INFA où il anime les travaux du collège des fondateurs. À 80 ans, il garde une incroyable énergie et ne se résigne pas. Il travaille actuellement à la création d’une fondation pour l’éducation et la citoyenneté, la formation professionnelle qualifiante et la promotion. Cette fondation s’inspire d’un exemple porté à l’époque par Paul Huvelin, qui fut président du CNPT et partageant quelque peu les idées du CCO !

Cette résurgence nourricière se donnerait pour mission de soutenir les personnes motivées par l’engagement dans une formation qualifiante. Comment !? En leur ouvrant l’accès au levier financier temporaire mais nécessaire pour l’accomplissement de cet objectif – à mille lieues de la formation occupationnelle et de son hypocrisie…

D’ailleurs, en 2008, c’est un Dominique Alunni inquiet qui écrit l’ouvrage « Démocratiser la formation professionnelle ». Ce qu’il propose dépasse les formules toutes faites, combat le prêt-à-penser et le formatage desséchant .

Alors oui, Dominique Alunni est toujours un pionnier mû par une force de conviction intacte. Son inaltérable charisme lui permet de rassembler, de fidéliser, avec passion et rigueur. Le combat continue.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS