Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Société > économie sociale > La formation, une histoire bâtie par des pionniers
  • Calendrier
«janvier 2012»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Aujourd'hui mardi 17 juillet 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mercredi 2 mai 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 411 -  Brèves : 8
    Sites : 3 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 0 -  Total : 636294
  • Article

Un livre publié chez L’Harmattan

La formation, une histoire bâtie par des pionniers

Le jeudi 19 janvier 2012, par Bernard Roux

S’ils avaient été suivis plus tôt, il est vraisemblable que la France ne serait pas dans la situation actuelle.

Si, dès les années 60, la formation professionnelle, à travers toutes ses déclinaisons, avait été vécue comme un investissement, la croissance économique aurait pris une autre courbe et le déficit structurel du budget de l’Etat aurait été quasi inexistant…

Qui sont-ils, ces « ils » !? Ce sont 28 « pionniers visionnaires de la formation tout au long de la vie » qui viennent de publier un ouvrage éponyme aux éditions L’Harmattan.

Ces pionniers, dont certains sont décédés, ont gravité dans la mouvance du centre de culture ouvrière (CCO), lui-même issu de groupes et d’idées émises avant 1939 – son héritier contemporain est en pleine forme, il se nomme INFA (Institut National de Formation et d’Application) dont le siège est toujours à Nogent/Marne.

C’est la grande réussite du CCO que d’avoir réuni des militants ouvriers et syndicalistes, des professionnels de l’animation et de la formation, des hauts fonctionnaires émanant en majorité du ministère des Finances et de la Caisse des Dépôts.

La formation ? Une dialectique permanente

Toute cette histoire, ce terreau, cette expérience portés par des hommes et des femmes animés par un authentique sacerdoce social, sont à (re)découvrir d’urgence au moment même où le thème de la sécurisation des parcours professionnels finit par émerger – et où il convient d’alimenter le réservoir d’idées !

Ce livre, construit autour de témoignages et coordonné par Dominique Alunni, montre combien cette histoire de la formation repose sur « une dialectique permanente entre le projet historique et la vision de l’avenir à construire… »

Post-Scriptum

Une anecdote qui n’a pas pris une ride…

Les blancs nuages passent et les hommes restent les mêmes… Voici une anecdote illustrant cet apophtegme à la chinoise.

En 1966, un jeune haut fonctionnaire en poste dans les services du premier ministre écope d’une mission : se rendre à Nancy et rencontrer le grand patronat lorrain pour traiter de la reconversion des mineurs (fer) du bassin de Briey. Ce « prophète » mit l’accent sur la nécessité de considérer la formation professionnelle comme un investissement au-delà des règles comptables et fiscales.

De retour à Paris, ce jeune insolent fut morigéné pour avoir voulu donner une leçon à des « grands » responsables d’entreprises. Il n’empêche, huit ans plus tard, l’insolent en question réussissait la reconversion des mineurs du bassin nordiste – du charbon, ceux-ci passaient à l’encre de l’imprimerie en tant que rotativistes…

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS