Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Le Père Siffleur > J. Pélissard en proie à la fièvre de l'immobilier !?
  • Calendrier
«fvrier 2011»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28

Aujourd'hui samedi 23 juin 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mercredi 2 mai 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 411 -  Brèves : 8
    Sites : 3 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 907 -  Total : 627801
  • Article

Les murs ne laissent pas de marbre

J. Pélissard en proie à la fièvre de l’immobilier !?

Le lundi 21 février 2011, par Bernard Roux

A défaut de faire bouger les idées, le maire de Lons le Saunier est atteint d’une véritable frénésie pour faire bouger les murs.

Certes, l’État vendant ses bijoux de famille, il n’était pas inconvenant de s’approprier un vaste immeuble déserté par l’Administration de l’Etat pour y transférer les services de la Ville et vraisemblablement de la Communauté de communes.

Quelle frénésie !

La mairie actuelle garderait une fonction symbolique mais libérerait les espaces au profit du Musée, dont on sait que les projets d’implantation n’ont pas manqué, soit dans le neuf, soit dans l’ancien. De toute façon, la solution envisagée est défendable. Mais c’est à cette occasion que se révèle le poids des affaires culturelles dans la frénésie immobilière.

Ainsi le maire ne verrait pas d’un mauvais œil l’absence de candidats privés pour assurer l’avenir du cinéma le Régent. D’une part, il serait possible de faire table rase des murs, d’autre part, d’assurer une bonne fréquentation des salles de cinéma de la médiathèque en construction - celle-ci ayant l’avantage de garantir la diffusion de films « art et essai ». Le maire aurait enfin compris qu’il y a un public pour cela.

Une conversion douteuse

Mais où la conversion de Jacques Pelissard devient douteuse, c’est lorsque il embrasse le dossier de la MJC.

Dans son esprit, il verrait bien à terme une régie pour y placer quelqu’un qui lui soit proche et pour unifier dans la même structure juridique MJC et Maison Commune. Cela faciliterait la réunion des deux structures actuelles dans des murs communs. Exit la vie associative et bonjour les dégâts ! D’aucuns diront que de comptable, le maire de Lons veut devenir un grand architecte. On le voit bien dans l’affaire de l’école des Toupes, située dans un quartier périphérique. Les Carnets Jurassiens ont déjà évoqué cette affaire.

Mais ce qui leur avait échappé, c’est que de toute façon la suppression de l’école des Toupes serait une merveilleuse opportunité pour le SIDEC voisin d’étendre son emprise.

Si cela était, on peut suggérer que cette opération permette d’initier un montage juridique et financier pour construire une école neuve dans ce quartier qui a beaucoup plus d’avenir que semble le penser J. Pélissard. Ce serait une bonne communication pour ce syndicat mixte, expression d’une majorité rurale, pour participer au développement urbain. Juste retour des choses.

Le maire prétend qu’il créé le mouvement. Ne serait-ce pas l’illusion du mouvement ?

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS