Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Société > Vieillissement > LES MAISONS DE RETRAITE ET LA PÂTE HUMAINE
  • Calendrier
«mars 2018»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031

Aujourd'hui vendredi 19 octobre 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mercredi 2 mai 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 411 -  Brèves : 8
    Sites : 3 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 478 -  Total : 676405
  • Article

LES MAISONS DE RETRAITE ET LA PÂTE HUMAINE

Le jeudi 29 mars 2018, par Bernard Roux

Que d’agitation compréhensible depuis que la médiatisation de la longue grève des « Opalines » à Foucherans (39) a révélé ce qui était su de tous ceux qui, à un titre ou un autre, connaissaient l’évolution globale du secteur médico-social dans sa spécialisation « vieillissement ».

Toutes les maisons de retraite ne sont pas touchées au même degré. Certaines peuvent même illustrer ce qui pourrait être fait, si la dure loi de l’argent était quelque peu desserrée.

L’esprit de fonctionnement d’une maison de retraite

Les arguments d’ordre humain militent pour favoriser le maintien à domicile, problème en soi qui ne rentre pas dans la visée du présent article. Limiter le périmètre de la problématique actuelle ne résout pas pour autant la question centrale de l’esprit du fonctionnement d’une maison de retraite.

« Les Carnets Jurassiens » du 16 février 2018 s’interrogeaient sur le conditionnement du management. Celui-ci n’est que le fruit d’une conception issue de la religion industrielle. La philosophe Simone Weil, s’appuyant sur son expérience d’ouvrière en usine a bien analysé la situation quand elle écrit en 1939 : « on peut dire qu’il y a une deuxième révolution industrielle qui se définit par l’utilisation scientifique de la machine vivante, c’est-à-dire l’humain ».

Les accompagnants ne sont pas des machines

Les professionnels de l’accompagnement peuvent dans certains cas profiter d’avancées technologiques, sans pour autant être programmées comme des machines. A fortiori, ce ne sont pas des machines. Elles ne peuvent en avoir l’esprit, car tout est dans la relation à un être humain. Ce n’est pas une machine reliée à une autre machine.

Le professionnel, tout en obéissant à un certain nombre de gestes professionnels et de règles déontologiques, se donne à un être qui, plus est, est handicapé. Ce n’est pas un hasard si les premières études concernant le burn out, démontrent que les professions les plus touchées sont celles de proximité avec les êtres (professions de santé, d’aide et de secours à la personne, etc.). Actuellement le Ministère de la Santé organise des groupes de travail se préoccupant de la santé des médecins. En fait, on est en pleine « pâte humaine », et cela ne se traite pas comme une matière première physique ou un produit chimique.

La rencontre de deux temporalités

Ce qui réunit le professionnel et le résident d’une maison de retraite, c’est le temps. Celui du premier doit être conçu et vécu comme respectant le temps du second. Celui-ci vit la dernière étape de sa vie, dont le rythme n’a rien à voir avec celui qu’il a vécu. Les gestes sont plus ou moins ralentis, la perception du monde est troublée, etc.

Dès lors, lui opposer un rythme stressant imposé par les exigences de professionnels eux-mêmes dépendant d’actionnaires qui ne vivent pas sur la même planète, peut être considéré au mieux comme un non-sens, au pire comme une maltraitance.

L’importance de la formation initiale et... continue

Le terme de « maltraitance » est le plus utilisé dans les témoignages et débats actuels. Il mérite d’être analysé et creusé pour éviter les outrances et les polémiques négatives que tout terme d’essence négative engendre. Et c’est là où l’on redécouvre - ou la plupart du temps on découvre - l’importance de la formation initiale mais surtout continue, si l’on ne veut pas voir perdurer un univers des personnes âgées sombrant dans un océan de contradictions.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS