Carnets Jurassiens

Les Carnets Jurassiens s’intéressent à la vie économique, politique, sociale, culturelle et environnementale du Jura d’abord, de la Franche-Comté ensuite - plus loin encore si nécessaire !
Accueil du site > Culture > Livres, revues, cahiers... > L'écriture contre la dictature...
  • Calendrier
«janvier 2012»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Aujourd'hui mardi 17 juillet 2018

  • Infos
  • Dernière modification :
    Le mercredi 2 mai 2018
  • Statistiques contenus :
    Articles : 411 -  Brèves : 8
    Sites : 3 -  Auteurs : 17
  • Statistiques visites :
    Aujourd'hui : 409 -  Total : 636740
  • Article

Boris Khazanov, écrivain russe

L’écriture contre la dictature...

Le dimanche 8 janvier 2012, par Alice Breniaux

La disparition de Vaclav Havel offre l’occasion de revenir sur "L’heure du roi" discret petit chef d’œuvre de la littérature russe de Boris Khazanov, autre dissident confronté au totalitarisme soviétique.

Cédric X, souverain d’un royaume guère plus vaste qu’un bec de moineau assiste impuissant un matin à l’invasion de son pays par un cortège de motards et de blindés nazis.

La population n’oppose aucune résistance à cette armée de casques gris-vert sans doute, comme le précise l’auteur, car l’essentiel avait eu lieu pendant que la ville dormait.

L’heure du choix pour un roi

Dans un élan héroïque désespéré , la cavalerie royale telle une armée d’opérette vient se briser sur les troupes ennemies. Illustration probable du tristement célèbre Printemps de Prague. Très vite rationnement, délation, couvre-feu, travail obligatoire caractérisent le quotidien de cette nation opprimée. Humilié, privé de son pouvoir, raillé par l’occupant le roi se met à faire d’effrayants cauchemars...

Une nouvelle brimade imposés aux Juifs a raison de la torpeur royale. En acte de résistance le roi arpente à pied les rues de la capitale arborant la terrible étoile jaune. Ne craint-il point les représailles ? Son acte individuel sera-il suivi par ses concitoyens ? Autant de questions que l’auteur laisse en suspens... Il appartient à chacun de choisir son camp...

L’inéluctable convocation de la conscience

L’heure du roi c’est l’heure du choix, l’heure où chacun en sa conscience doit définir le sens qu’il donne désormais à ses actes. L’impuissance soustrait-elle à toute forme de responsabilité ?

La question de la liberté est constamment ré-interrogée au sein d’un système autoritaire. Écho lointain à la grinçante phrase de Sartre qui avance que "Nous n’avons jamais été aussi libres que sous l’occupation allemande"... L’auteur présente le choix, l’engagement comme expressions de la liberté.

Simplicité et finesse d’un texte court

Ce texte d’une grande finesse allie simplicité et puissance. En une centaine de pages l’auteur évoque le totalitarisme, l’honneur, la vieillesse, le courage, l’antisémitisme, la peur, Hitler, la guerre... Découvert clandestinement en URSS dans les années 1970, "L’heure du roi" est présenté également par son auteur, qui passa huit années au Goulag pour propagande anti-soviétique, comme métaphore du régime stalinien, État totalitaire et antisémite.

Fable politique et philosophique aux accents tragi-comique l’ouvrage de Boris Khazanov, se veut avant tout un exemple d’engagement littéraire. "Nous tenons là un des plus beaux morceaux de prose russe de la seconde moitié du XXe siècle" écrit en post-face Elena Balzamo, traductrice pour les éditions Viviane Hamy.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
  • Il n'y a aucun mot-clé...
  • Il n'y a aucun commentaire...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs MGS